Batterie faible

batterie-faible

Je suis à l’aéroport de Miami, en attente de ma correspondance pour le Costa Rica. Assis sur un long banc de fauteuils plus ou moins confortables. Je parcours mon feed Facebook, me tiens à jour des derniers tweets, regarde les photos que j’ai faites des 10 derniers jours, reviens sur Facebook pour checker mes notifications.

Smartphone dans ma main droite, assis, je passe le temps ainsi. J’attends les 2 heures de retard de mon vol. Tout le monde autour de moi semble faire la même chose.

Nous voilà tous ensemble, alignés, adonnés à la même activité. Et pourtant, si éloignés les uns des autres. Nous sommes une marée d’individus perdus dans la lueur hypnotisante de nos téléphones.

Ensemble, nous sommes seuls.

Soudainement, une notifications pop sur l’écran de mon téléphone: batterie faible.

Ma première réaction: frustration, irritation, contrariété. Pourquoi la batterie de mon téléphone dure aussi peu de temps? J’arrive pas à y croire!

Bien sûr, je me suis apaisé pendant la dernière heure, jouant frénétiquement avec l’écran tactile du smartphone, allant d’icône en icône, cherchant la petite dose suivante de dopamine. Mon comportement: impulsif, le total opposé de la pleine conscience.

Ce que je viens de faire n’a véritablement aucune signification et aucun intérêt, donnant sur un certain niveau d’anxiété, de solitude accrue.

Mais la faute n’est pas celle du téléphone: c’est la mienne.

Le matériel n’est pas le problème. Notre relation à celui-ci l’est.

Et le smartphone est en est un exemple flagrant.

Prenant conscience de la situation, je pose le téléphone, observe autour de moi, prend une profonde respiration et prend soin de m’ancrer dans le moment présent. L’attente devient alors beaucoup moins contraignante.

 

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *