Le minimalisme est-il uniquement pour les jeunes célibataires privilégié(e)s?

jeunes-celibataires-privilegies

Ok, le titre de l’article est un peu franc et direct, mais c’est le genre de stéréotype auquel j’ai le droit quand je parle de minimalisme autour de moi. J’ai choisi de poser ce titre afin de plonger au coeur de la matière de ce cliché tenace et ce qu’il sous-entend.

Je ne me reposerai pas sur la multitude de minimalistes qui ne répondent pas à ce profil pour balayer cette hypothèse. A la place, regardons cette question d’une vision plus large.

L’économie d’aujourd’hui permet même aux gens les plus pauvres d’avoir le même confort matériel que les gens plus aisés s’ils en font le choix et une priorité dans leur vie. J’entends pas là posséder une voiture, un ordinateur, un smartphone et autres. Regardez autour de vous, vous connaissez des personnes qui ne roulent pas sur l’or et qui possèdent tout cela.

En d’autres termes, les pauvres, tout comme les riches, peuvent être oppressés par le désir de posséder des choses.

Cependant, les pauvres sont davantage étouffés en raison de leur perspective d’amélioration mineure.

Peut-être que c’est ça le minimalisme, au fond: la perspective d’amélioration.

Quand le désir de posséder est plus grand que la capacité de quelqu’un à s’accomplir, le mécontentement s’installe. Mais en reprenant le contrôle sur nos pulsions consommatrices, on reprend le contrôle de nos désirs.

Attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. L’argent soulage la souffrance en cas de besoin matériel réel. Mais quand l’argent devient une fin en soi, il peut apporter la misère à son tour.

Autrement dit: quand nos besoins de survie du 1er niveau de la pyramide de Maslow sont atteints, l’argent n’achète pas le bonheur.

En adoptant un style de vie minimaliste, les gens moins aisés sauront se concentrer sur l’essentiel, ce qui ajoute de la valeur réelle à leur vie. Et qui en a davantage besoin que ceux qui gagnent le moins?

Simplifier sa vie pour mieux la comprendre. Peu importe que l’on soit riche ou pauvre, blanc ou noir, marié ou célibataire; chacun verra sa vie devenir plus complète.  

1 Comment

  • KAE dit :

    hum…pas entièrement d’accord, car là tu te bases que sur les populations qui te ressemblent, avec un mode de vie on va dire « à l’occidental ». Je te cite « L’économie d’aujourd’hui permet même aux gens les plus pauvres d’avoir le même confort matériel que les gens plus aisés s’ils en font le choix et une priorité dans leur vie. » or cette assertion est par trop rapide et raccourcie! à moins que tu ne définisses plus précisément ce que tu entends par « même confort matériel », et « gens les plus pauvres », mais aussi « économie d’aujourd’hui »….Par ailleurs, si tout était si facile que de simplement en faire un « choix et une priorité dans leur vie », on ne compterait depuis des lustres plus aucun « pauvre » sur la planète! cette simplification à outrance manque un peu d’humilité et de bonne compréhension du monde me semble-t-il…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *